Wertvoller Naturraum
attraktive Kulturlandschaften
Main - Saale - Wern

Projet LIFE+ - Généralités

Dans toute l’Europe, des habitats, des plantes et des animaux d’une valeur particulièrement grande, sont protégés sous l’égide du programme de protection de la nature de l’Union européenne NATURA 2000. L’objectif est de conserver et de développer le patrimoine naturel européen et la diversité de ses espèces et habitats pour les générations à venir. Un réseau de zones de conservation dans toute l’Europe doit préserver durablement les riches paysages naturels et de culture et maintenir ainsi la diversité biologique. La Directive Oiseaux et la Directive Habitat-Faune-Flore sont à la base du système de réseau de réserves naturelles NATURA 2000. La directive Oiseaux a pour objectif la protection à long terme et la préservation de toutes les espèces d'oiseaux sauvages du territoire européen. L’objectif prioritaire de la directive HFF est la préservation de la biodiversité qui existe en Europe.

Le programme LIFE+ Nature (« L'Instrument Financier pour l'Environnement ») de l’Union européenne, soutient financièrement depuis 1992 dans toute l’Europe des projets qui servent à mettre en œuvre les directives Oiseaux et HFF (réseau de réserves naturelles « Natura 2000 ») et contribuent à stopper la perte de la diversité biologique.
LIFE+ Nature compte parmi les plus importants instruments d’appui à la protection de la nature et soutient sur tout le territoire européen et entretemps aussi dans les pays candidats à l'adhésion, de nombreux projets de protection de la nature qui contribuent à la conservation et au rétablissement des habitats naturels et des populations de la faune et de la flore sauvages.
Le projet LIFE+ Nature LIFE 11 NAT/DE/345 « Vignobles et prés-vergers sur calcaire coquillier », en abrégé en allemand LIFE+ « MainMuschelkalk », s’étend sur une superficie de 4.640 ha et englobe les pentes en calcaire coquillier des cantons de Bad Kissingen, du Main-Spessart et de Würzburg ainsi que la zone urbaine de Würzburg. Celles-ci forment avec leurs complexes d’habitats riches en espèces un élément important du réseau de zones de conservation Natura 2000.
LIFE+ « MainMuschelkalk »
est cofinancé à 50 % par l’UE. À l’aide du programme de soutien UE LIFE+ Nature, on se propose de renforcer et de développer une zone importante de paysage de culture et un centre prioritaire de biodiversité en Basse-Franconie.
Le projet LIFE+ Nature « MainMuschelkalk » est déjà le 6e projet LIFE+ Nature en Basse-Franconie. Ce projet a une durée de 5 ans (2012-2017).

 

Projet LIFE+ – Porteurs de projet

Les partenaires suivants se sont unis pour réaliser le projet :

le Ministère d’État à l’Environnement et à la Santé
le canton de Bad Kissingen
le canton de Main-Spessart
le canton de Würzburg
la ville de Würzburg

Cofinancement : Bayerischer Naturschutzfonds (Fonds bavarois pour la protection de la nature)

Durée : 01/08/2012 - 31/10/2017

Budget global : 2 565 200 euros (€)

Superficie de la zone d’intervention du projet : 4.640 ha


Projet LIFE+ - Objectifs de projet

Préservation et développement d’un espace naturel précieux et d’un paysage de culture attractif en Franconie du Main.

Objectifs du projet :

    • la préservation et l'optimisation des complexes de paysages de culture avec des habitats xériques, des structures de vignoble et des prairies de culture extensive d’arbres fruitiers et de leur éventail d’espèces caractéristique
    • l’optimisation et la préservation des biens protégés du réseau Natura 2000 (types d’habitats et espèces) et
    • la promotion du site comme centre important de biodiversité et élément du réseau européen de biotopes.

Des vignobles inondés de soleil, des prés-vergers riches en fleurs et en fruits, des forêts clairsemées et des pentes raides, escarpées marquent le paysage varié de la zone calcaire coquillière franconienne du Main qui s’étire le long de la vallée du Main moyen et des vallées de la Saale et du Wern franconiens. Les particularités climatiques et géologiques ont favorisé la formation de précieuses sociétés de pelouses sèches qui hébergent une énorme diversité d'espèces animales et végétales. À côté des sites xériques naturels, les formes d’exploitation traditionnelles extensives ont fait apparaître au cours des derniers siècles des habitats variés qui forment en étroite imbrication avec les pelouses sèches des structures d’habitats de grande dimension présentant une grande valeur sur le plan de la protection de l’environnement. On ne parvient à conserver et à développer ces espaces naturels de grande valeur qu’en les utilisant et en les entretenant en permanence de manière durable.

C’est pourquoi, un autre objectif important du projet est le suivant :

    • Protection par exploitation – des gardiens de l'espace rural humains et animaux en action

Les prairies variées, avec leur grand éventail d’espèces, ne sont « naturellement » non boisée que pour une petite partie et se limiteraient aux sites les plus extrêmes des rochers calcaires coquilliers. Au contraire, nombre de parcelles aujourd'hui de la plus grande valeur sont le résultat d’une exploitation pendant des siècles, surtout le pâturage ovin extensif traditionnel et la viticulture sur des terrains en pente de petite dimension et l’utilisation comme prés-vergers. Du fait de la disparition de petites exploitations paysannes et du délaissement qui s’ensuit sur les surfaces escarpées difficiles à exploiter, la succession naturelle entraîne en grande partie un reboisement, reconnaissable à l’envahissement par les buissons des pentes et plateaux. Il s’ensuit que non seulement le paysage caractéristique de la Franconie du Main change durablement, mais aussi que des habitats uniques en leur genre pour des espèces animales et végétales rares se perdent. C’est pourquoi, on vise dans le projet LIFE+ à fournir de nouvelles impulsions pour mettre en œuvre ou poursuivre des formes d’exploitation historiques et extensives. On vise à développer de nouvelles formes de pastoralisme en impliquant étroitement les exploitants de la région. À des fins de démonstration et de mise en œuvre exemplaire, on prévoit entre autres la reprise de la pâture, p. ex. en constituant un troupeau de chèvres. L’optimisation et la ramification des surfaces pâturées par les bergers actuels et leurs troupeaux sont d’une grande importance, p. ex. en créant des chemins de passage et en agrandissant les pâturages par achat de parcelles. Les structures vinicoles caractéristiques doivent être conservées et rétablies par création, puis exploitation de vignobles pilotes à partir d’un modèle historique. Pour pouvoir procéder au débroussaillage des pelouses sèches et des prés-vergers, mettre à nu des rochers, éclaircir les lisières forestières et créer une grande surface d’un seul tenant, on achète des terrains.

    • Optimisation et conservation des biens protégés du réseau Natura 2000 (type d’habitat et espèces)

Dans le cadre du projet LIFE+ « MainMuschelkalk », on se propose de conserver, optimiser et étendre 7 types d’habitats de l’Annexe I de la directive HFF dans le but de promouvoir et d’améliorer un état de conservation favorable aux nombreuses espèces caractéristiques.

Parmi eux, on trouve trois habitats prioritaires : ces types d’habitats prioritaires sont menacés de disparition sur tout le territoire européen. La Communauté européenne porte une responsabilité particulière à leur conservation étant donné que leur aire de répartition naturelle se situe en Europe.

    • Pelouses rupicoles calcaires ou basiphiles (6110*)
    • Pelouses sèches semi-naturelles et faciès d'embuissonnement sur calcaires (*sites d'orchidées remarquables (6210*)
    • Pelouses sèches à trinie et laîche humble : grandes étendues près de la ruine du Homburg, aux environs de Karlstadt au Grainberg et au Saupurzel
    • Pelouses à céleri bleu et à germandrée : en particulier près du roc de Kallmuth près de Triefenstein et dans les environs de Karlstadt au Grainberg
    • Éboulis calcaires (8160*)

D’autres biotopes de l’Annexe I de la directive HFF qui doivent être conservés, optimisés et développés dans le cadre du projet sont :

    • les formations à Juniperus communis sur landes ou pelouses calcaires (5130)
    • les prairies maigres de fauche de basse altitude (6510) principalement parmi des peuplements d’arbres fruitiers
    • les pentes rocheuses calcaires naturelles et semi-naturelles avec végétation chasmophytique (8210)
    • les hêtraies calcicoles médio-européennes à orchidées (9150)

Par le biais du projet LIFE+ Nature, on vise en outre à conserver, préserver et étendre les habitats des cinq espèces de l’Annexe II de la directive FFH suivantes : 

    • Sabot de Vénus (Cypripedium calceolus)
    • Écaille chinée  (Euplagia quadripunctaria)
    • Lucane (Lucanus cervus)
    • Grand Murin (Myotis myotis)
    • Barbastelle commune (Barbastella barbastellus)


L’habitat des espèces d’oiseaux suivantes de l’Annexe I, Art. 4(2) de la directive Oiseaux doit être en outre maintenu, sauvegardé et étendu : 

Au final, ces objectifs ne pourront être atteints que si beaucoup de gens de la région deviennent attentifs à leurs particularités et à leur valeur et reconnaissent par eux-mêmes qu’ils sont menacés.

En effet, cette citation (de Konrad Lorenz) a toujours cours : « On ne protège que ce qu’on aime et on n’aime que ce qu’on connaît ».

    • Meilleure acceptation des mesures et formes d’exploitation axées sur la protection de la nature

La mise en œuvre de mesures de protection de la nature s’accompagne d’une activité intensive de communication pour sensibiliser à cet environnement exceptionnel et au risque aiguë auquel il est exposé. Dans ce but, on a embauché spécialement pour ce projet une guide naturaliste LIFE+ qui accompagne et soutient le projet par des visites guidées et des activités de perfectionnement. Il s'agit de sensibiliser à la haute valeur de la région avec ses trésors naturels sans pareils et à la menace à laquelle elle est exposée, qui va de pair avec un changement durable du paysage si on ne le contrecarre pas bientôt. La commercialisation de produits régionaux de chèvre et de brebis ainsi que de vin et de fruits de la région s’allie à l’écologie et à la protection de l’environnement et pourvoira aussi dans l'avenir au maintien de ce paysage culturel franconien unique en son genre.

On trouvera plus d’informations sur les mesures et résultats dans le rapport pour les non-spécialistes, qui sera disponible sur cette page à partir d’octobre 2017.

Pour plus de précisions, vous pouvez aussi nous contacter en permanence.